L’hebdomadaire La Dépêche invitait ce jeudi chacun des candidats aux prochaines élections municipales à exprimer sa vision et ses propositions concernant la sécurité. Retrouvez en intégralité la tribune transmise par Marc-Antoine Jamet.

Faire respecter l’ordre et la sécurité demande légitimité et autorité. Ce sont des qualités qu’on a ou qu’on n’a pas. L’extrême-droite est, sur ce sujet comme beaucoup d’autres, mal placée pour parler. Pantoufles aux pieds, bandes molletières et ceinture de flanelle, elle développe, agitant un petit pistolet à bouchons, son discours haineux, jusqu’au-boutiste et provocateur. Elle fanfaronne, mais quand il s’agit de se bouger, d’y aller, son candidat rase les murs, incapable de donner le commencement d’un début de réalité à ses gesticulations mussoliniennes. Résultat ? Crédibilité zéro !

 

On ne joue pas avec la sécurité

Or, on ne joue pas avec la sécurité. Elle est un droit pour les plus âgés, les fragiles, les isolés. C’est pourquoi j’en ai fait, dès mon élection, une priorité absolue. J’ai obtenu de Nicolas Sarkozy (qui, pourtant, en promettait beaucoup et en construisait peu) qu’un commissariat soit implanté à Val-de-Reuil. J’ai permis que le département installe dans notre Ville une des plus grandes casernes de pompiers de l’Eure. J’ai doté notre police municipale de locaux neufs, d’effectifs doublés, d’équipements modernes et, quand on tourne un reportage sur l’excellence des policiers municipaux, on vient chez nous. J’ai décidé, premier à le faire sur notre territoire, l’implantation de 60 caméras de vidéo-vigilance dans nos rues, en veillant scrupuleusement au respect des libertés individuelles afin d’assurer 24 heures sur 24 la surveillance des espaces publics. Elles ont montré leur utilité pour faire condamner des délinquants ou dissuader des voyous. J’ai développé un service de médiateurs efficaces et dissuasifs. Ces moyens supplémentaires ont fait chuter cambriolages, incendies, agressions. Plus de voitures brûlées chaque vendredi. Plus d’espaces interdits aux honnêtes citoyens sur la dalle. Plus de tags sur les murs. Une situation et une image qui s’améliorent. Du coup davantage de commerces et d’entreprises qui s’installent. Il est clair que s’ils ne se sentaient pas en sécurité, ils ne viendraient pas. Officier de réserve, magistrat, j’ai toujours eu de bons rapports avec nos commissaires et nos procureurs. Nous nous appelons. Nous nous voyons. Nous agissons. Je fais moi-même avec les collègues des rondes et je n’en ai pas honte.

Notre mobilisation sera totale

Au cours des six prochaines années, je vais accroître cet effort. Notre mobilisation sera totale. J’augmenterai les effectifs de la police municipale. J’augmenterai le nombre de nos caméras pour en porter le nombre à 80. J’augmenterai le nombre des dispositifs pour ralentir les véhicules et protéger nos anciens, nos enfants, en généralisant aux voies secondaires les zones « 30 ». J’augmenterai encore le nombre de points lumineux dans tous les secteurs de la Ville pour que nulle incivilité ne profite de l’ombre. J’installerai un conseil de sécurité communale mensuel pour que la tension sur les fauteurs de troubles ne se relâche pas. Je systématiserai les confiscations de deux-roues non immatriculés, ainsi que les convocations des mineurs ayant participé à des dégradations de biens publics, obtenant d’eux (ou de leurs responsables) réparation.

J’assume sans difficulté d’être un maire qui fait le choix de la sécurité

J’assume sans difficulté d’être un maire qui fait le choix de la sécurité, de l’autorité et qui en est capable. Sans faiblesse, sans violences, sans renoncement, sans bavures. Pour vous, pour notre Ville, son avenir et ses habitants, je continuerai à exercer cette compétence essentielle qu’est la sécurité, comme je l’ai toujours fait, avec lucidité et avec fermeté.

Pour partager :